Luigi Nono et Cesare Pavese : miroir croisé