La Laura de Pétrarque dans une micro-écriture du XVIe siècle